Accueil > La vie au collège > CDI > Dispositif « Regard des jeunes de 15 ans »

Dispositif « Regard des jeunes de 15 ans »

samedi 7 octobre 2017, par Mme Yanowsky.

Les élèves des cinq classes de troisièmes, comme près de 12000 autres collégiens de toute la France et de six pays étrangers, ont voté pour élire la photo qui symbolise le mieux l’année qui vient de s’écouler dans le cadre de l’opération "Regard des jeunes de 15 ans", lié au Prix Bayeux-Calvados des Correspondants de Guerre 2017.
Si les votes et les avis étaient partagés, c’est finalement la photographie d’Ameer Alhabi, photographe syrien pour l’ AFP, déjà primé à plusieurs reprises, qui a retenu leur attention.
Le cliché, pris à Alep en Syrie le 9 juin 2016, montre des casques blancs et des habitants évacuant des résidents dont l’immeuble a été touché par une attaque aux barils d’explosifs des forces du régime sur le quartier Al-Fardous tenu par les rebelles (Source : http://www.prixbayeux.org/) :
<span class="caps">JPEG</span> - 117.6 ko
Nathan : "La photo 17 m’a beaucoup touché car se dire que même les bébés sont concernés par cette guerre fait froid dans le dos".
Suzanne : "Cette photo est saisissante car elle représente le contraste entre la vie et la mort. La vie est représentée au milieu de l’image par les bébés et les couleurs vives des vêtements. Quand la mort, elle, est évoquée par toute la grisaille des maisons détruites".
Claire : "Cette photo m’a énormément touchée car sur cette photo, nous voyons quand même des bébés victimes de la guerre et de la folie des hommes. Les civils sont suivis par la mort en restant chez eux. Je trouve ça vraiment horrible, je ne comprends pas comment des hommes peuvent commettre de tels actes".

C’est également cette photographie qui a été plébiscitée par l’ensemble des collégiens participant au projet puisqu’ Ameer Alhabi a remporté l’opération" Regard des jeunes de 15 ans 2017" :
« Je suis très heureux d’apprendre que les élèves ont sélectionné ma photo. Cela compte beaucoup pour moi, tout comme pour ma ville, Alep. Et je voudrais que les élèves sachent que je n’étais guère plus âgé qu’eux quand j’ai pris cette photo : j’avais 20 ans… Nous rêvons tous bien entendu d’un avenir meilleur pour ces nouveau-nés montrés dans l’image et pour tous les enfants syriens en général. Nous espérons que la paix et la sécurité l’emportera. »